Freinet’s Call to Action

Freinet’s impassioned call to educational practitioners, didacticians, and scientists remains pivotal in the ongoing discourse on pedagogy. His plea for collective responsibility within our educational endeavors has reshaped our understanding. Although “Freinet’s pedagogy” may not have strictly adhered to the conventional definition of pedagogy in the past, the contemporary contributions from linguistics undeniably lend credibility to Freinet’s philosophy . The universal process of competence building, as elucidated by language acquisition specialists like Jean-Emile Gombert, serves as justification for a standardized acquisition process applicable across all languages.

“At its core, none of the significant developmental milestones are achieved through seemingly scientific processes.”

“It is by walking that a child learns to walk; it is by speaking that they learn to speak; it is by drawing that they learn to draw.”

“We firmly reject the notion that it is an exaggeration to think that a process so general and universal must be precisely valid for all forms of education, including school teachings.”

“With this certitude, we have implemented our natural methods, the worth of which scientists attempt to dispute.”

Célestin Freinet

L'enjeu pédagogique

Célestin Freinet, était plein de bon sens et d’une logique imparable, mais ses méthodes n’étaient pas justifiées par la science, ce qui faisait de lui certes un praticien de l’éducation, sans doute un didacticien mais certainement pas un pédagogue.

En matière d'éducation, l'intuition est comme une étincelle. Elle devient une lumière éclairante lorsqu'elle est étayée par la science. L’étincelle c’est la didactique: une méthode d’enseignement qui est réalisée par un praticien de l’éducation. La lumière éclairante c’est la pédagogie: une méthode d’enseignement justifiée par la science.

L'importance de la science

Célestin Freinet invite les praticiens à adopter la démarche du pédagogue.. Si un processus d’apprentissage n’est pas à première vue scientifiquement justifié, nous nous devons de chercher et de rendre manifeste la théorie scientifique qui permet de le justifier.

Célestin Freinet souligne qu’avant notre ère déjà, on observait que les savoirs se construisent par l’action.. En d'autres mots, “fabricando fit faber”, c'est en s'exerçant à faire quelque chose qu'on devient habile en la matière. Des linguistes comme Olga Galatanu et Jean-Marie Barbier se sont emparés de la question des savoirs théoriques et des savoirs d’action et nous en donnent un point de vue scientifique..

Le processus de construction d'une compétence tel qu'il est décrit par les spécialistes de l'acquisition des langues comme Jean-Emile Gombert permet de défendre un processus d'acquisition universel, valable pour tous les langages.

“Quam quisque norit artem, in hac se exerceat”(Cicéron), "Que chacun s’exerce dans l’art qu’il connaît“.
Célestin Freinet était un didacticien, il réalisait des méthodes d’enseignement en prenant appui sur ses certitudes, ses observations, ses expériences de praticien de l’éducation. Sa démarche était empirique et c’était l’ art d'instruire qu'il connaissait.

Les scientistes considèrent que toute connaissance ne peut être atteinte que par les sciences et contestent la valeur de la démarche empirique de Célestin Freinet et des didacticiens en général

Alors que les scientifiquesceux dont l'activité est consacrée à la/une science s'emparent des questions éducatives et construisent les savoirs théoriques qui permettront au didacticien de justifier scientifiquement les méthodes d’enseignement qu’il réalise et de se muer en pédagogue.


en_US